Philippe, Le Jacquet

Stages

 

Chant, Conte et Musique... Un chemin vers la Sérénité !

  -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     -     - 
La santé est un état de complet Bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité. Cette définition est celle du préambule de 1946 à la Constitution de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et n'a jamais été modifiée depuis. Elle implique que tous les besoins fondamentaux de la personne soient satisfaits, qu'ils soient affectifs, sanitaires, nutritionnels, sociaux ou culturels et du stade de l'embryon, voire des gamètes, à celui de la personne âgée.

L'état de Bien-être complet est accessible à tous. Le chemin pour l'atteindre est relativement simple à comprendre (mentalement) mais, tout au long de l'histoire de l'Humanité, l'être humain a été conditionné afin de sacrifier son propre intérêt au profit de l'intérêt collectif (ou peut-être bien de l'intérêt de quelques personnes "bien placées" qui décideraient de ce que doit être cet intérêt collectif).
A ce jour, chacun est amené, dès la naissance (voire avant), à intégrer des comportements qui ne lui appartiennent pas et qui le font souffrir tout au long de sa Vie.

Le stage que nous proposons réunit trois compétences artistiques (la musique, le conte et le chant) qui vont permettre à chacun des participants de reconnaitre cette souffrance, de recréer les conditions d'accès au Bien-être et enfin de développer
des capacités d'autoguérison qu'il pourra utiliser de manière autonome. Vous trouverez ci-dessous, une présentation des outils utilisés.

Et pour tout renseignement, contactez-nous...

reve.errance@orange.fr

- - - - - - - - - - - - - - - - En Projet - - - - - - - - - - - - - - - - Ecole de Chant, Conte et Musique - Méthode alternative

Les domaines d’enseignement


Le Chant
: C'est un accompagnement par le chant et vers le mieux-être. Il s’agit d’un travail d’exploration des mécanismes corporels, émotionnels, vibratoires, qui se combinent pour donner lieu au chant, tout en évoluant vers une plus grande connaissance de soi et de ses capacités.

La Musique : Pour musiciens débutants ou confirmés.
Il s'agit de créer une relation privilégiée avec son instrument de musique afin d’être en mesure de vivre des "Errances sonores". Nous appelons "Errance Sonore" toute création musicale spontanée, individuelle ou collective. Cet exercice permet à chacun d'expérimenter la place que devraient avoir le Mental et l'Instinct dans la façon d'appréhender la musique. Cette posture d’esprit permet aussi de gérer les événements de la Vie Quotidienne.

Le Conte : ce domaine se partage en deux branches :
- Raconter : il s’agit tout simplement d’apprendre à raconter des contes. Ce travail permet de mieux se connaître, de développer sa « capacité d’Être » et de maîtriser la prise de parole en public.
- Récit de Vie : Les participants sont invités à effectuer un travail sur leur propre Chemin de Vie depuis la naissance jusqu'à l'instant présent. Ce travail a pour objectif de changer le regard porté sur son passé. Il s'agit de le voir comme une belle histoire, comme un conte merveilleux qu'on aurait plaisir à raconter.

Le public accueilli

Les personnes en formation seront reçues individuellement ou par groupe de 15 maximum.

Chant et musique : Adultes et enfants à partir de 12 ans
Conte : Adultes

Pour tout renseignement :
04 79 87 18 46 - 06 76 62 76 46

reve.errance@orange.fr

1 TRAVAIL VOCAL : OBJECTIFS ET EFFETS

---------- A. OBJECTIFS ----------

L’objectif principal est le développement de la voix. La voix étant le reflet de tout le dispositif intérieur, physique, mental et spirituel, le développement de la voix induira un développement personnel. La méthode de travail sera donc aussi et surtout un outil de développement personnel.

5 étapes principales :

I . Détente – Respiration
Un proverbe amérindien dit :
« Fais du bien à ton corps pour que ton âme ait envie d’y rester »

Redécouvrir la respiration naturelle,
Exploration du corps par le souffle,
Le souffle dans la voix parlée -  voix chantée
Le Bourdon : Son intérieur, son guérisseur
Connexion au hara.

II . Posture
Si la voix du chanteur est connectée à son souffle, elle sera dès lors connectée à son corps. La posture détermine la détente, le passage de l’énergie. C’est l’ouverture au souffle et à l’énergie ; Elle est donc essentielle.

Equilibre,
Posture assise et debout,
Accroche au sol
Posture en mouvement
Connexion terre/ciel
Connexion au souffle

III . Energie
Une invitation à la découverte de son être essentiel.

Densification du hara,
Rapport à l’espace : Monde intérieur / monde extérieur
Concentration et utilisation des énergies,

IV . Vibration
Notre enseignement général est axé sur les connaissances mentales et/ou le savoir-faire et accorde rarement une place aux sensations. Aussi, afin de vraiment comprendre ce que signifie les mots « résonance sonore corporelle », nous travaillons à en faire l’expérience avec la voix.

Sensations vibratoires,
Exploration du corps par le son,
Résonances, Harmoniques,
Les 3 niveaux d’écoute,
Développement du son par l’écoute

V . Chant
Et enfin, l’envolée finale
Adaptation au chant
Expression par l’intention,

---------- B. EFFETS ----------

Outre le développement de la voix, cette méthode de travail du son permet :

Un apaisement général grâce au souffle
Le travail du souffle est effectué, dans un premier temps, allongé sur un tapis. L’objectif est de mettre en conscience un fonctionnement naturel, à savoir la respiration du sommeil. Cette respiration dite « abdominale » est une redécouverte de la respiration originelle. Elle est aussi un travail « anti-trac » qui permet de lâcher le haut du corps au profit du bas du corps et d’entrer en contact avec son centre des énergie : le hara. D’où amélioration de l’ancrage au sol, de la confiance en soi, du contact avec le ressenti. Le mental apprend à moins « galoper », le sommeil s’améliore ainsi que la vigilance et l’efficacité au quotidien s’en ressent.

Un contact avec son corps et une connaissance de soi
Le son intérieur est une vibration intense qui se propage dans le corps par le squelette et les tendons, en fonction de notre état de détente ou non. Il permet un contact à la fois physique et émotionnel avec soi. En effet cette vibration est formée d’harmoniques très fines, jusqu’au niveau des ultrasons, qui permettent de repérer tensions et blocages physiques. D’autre part elle est un contact intime avec soi, qui agit fortement au niveau du plexus solaire et la détente engendrée aide à « lâcher » et « ex-primer » les tensions et blocages émotionnels.

Une amélioration du timbre de la voix
Notre voix nous révèle jusque dans nos moindres recoins. Au même titre que le corps « sait », la voix « parle ». Améliorer notre timbre c’est révéler à nous-mêmes le beau qui est en nous. C’est ce que fera le son intérieur ou « bourdon » y compris dans la voix parlée.

Une amélioration de l’élocution
Une partie du travail consiste à appliquer les acquis du son au langage lui-même, par l’intermédiaire de textes choisis. Là encore le rapport corps/mental sera abordé puisque le mental sera occupé à la lecture et à la compréhension du texte tandis que le corps aura en charge le ressenti de la vibration propre à chaque son.

Un positionnement physique dans la verticalité et une amélioration du positionnement psychologique

La posture influe sur le timbre de la voix. Elle est donc essentielle. L’objectif du travail postural est de se re-connecter à son axe, à son centre. Il en découle une meilleure connaissance et re-connaissance de sa « place » aussi bien dans l’espace que socialement.

Travail intérieur de soi à soi et non dans la projection : rapport monde intérieur/monde extérieur
Le travail de la voix est intérieur. L’élève apprend à vibrer en lui et non à projeter sa voix dans le monde de l’autre. C’est aussi une forme de positionnement, une connaissance des limites de son monde, du monde de l’autre et de la communication qui se situe à mi-chemin.

Un pas vers la confiance en soi

La confiance en soi est un chemin ; le son est un guide sur ce chemin à condition de le pratiquer dans sa justesse.

2 PRATIQUE INSTRUMENTALE : OBJECTIFS ET EFFETS

L’objectif principal est de ne plus faire qu’un avec son instrument et de pouvoir aller à la rencontre d’autres sonneurs (musiciens) connus ou inconnus afin de partager des moments musicaux inoubliables. Cela sous-entend qu’il faut s’affranchir de tout jugement de valeur (Mental) pour ne garder que la beauté du moment vécu (ressenti). Cette « recette », appliquée à la vie de tous les jours, permet d’améliorer considérablement le quotidien.

3 étapes principales :

I . Développer la relation à l’Instrument

Il s’agit, dans cette première étape, de développer la relation entre le sonneur et son instrument.

Explorer son instrument,
Faire corps avec lui,
Explorer ses possibilités sonores,
Le sentir vibrer, l’écouter, l’aimer,
En faire un compagnon de Voyage : l’emmener, si possible, partout avec soi.
Le résultat obtenu : Le sonneur va donc faire sonner son instrument comme « il le sent » c’est à dire en fonction de ses préférences. Il y a des sons qui lui plairont plus que d’autres, des doigtés plus accessibles, des styles qui l’attireront…
Il va progressivement s’installer dans le Son, dans la vibration, et sera amené à construire son propre cheminement musical c’est à dire développer l’approche instrumentale qui lui conviendra le mieux. L’objectif est que le sonneur soit libre d’improviser seul avec son instrument.

II . Développer la relation à l’Autre


Le seconde étape consiste à sonner avec un ou plusieurs  autres sonneurs. Il s’agira d’oser « croiser les notes de musique » avec d’autres sonneurs sans craindre d’être évalué.

Oser la Rencontre Sonore (improvisation à plusieurs) ,
Développer sa Capacité d’Ecoute
Eduquer son Oreille Sonore,
Explorer les différentes postures d’Ecoute (verticale, horizontale, multidirectionnelle),
L’ouverture à l’autre son : Le sonneur va s’ouvrir à un Son qui n’est pas le sien, un son qui lui échappe. Il va devoir faire des propositions sonores et répondre aux propositions qui lui seront faites sans faire intervenir son Mental (sans réfléchir). Il devra répondre instantanément.

III . Développer la relation à Soi

Cette dernière étape permet au Sonneur de porter un nouveau regard sur lui-même. Après s’être « nourri », au contact de l’Autre, de sons et de vibrations, il peut trouver son véritable Chemin et aller à la Rencontre de lui-même.

Découvrir son Harmonie Intérieure,
Se libérer des Conventions (Mental, Jugement…),
Oser l’errance Sonore !

3 CONTE

A. APPRENDRE à RACONTER : OBJECTIFS ET EFFETS

Raconter, c’est savoir choisir un conte, se l’approprier, le faire sien pour le mettre en mots, en son, en musique… et le transmettre dans le respect du conte, du public et de soi-même.

I . Choix des contes à raconter – le répertoire : Des contes qui nous racontent !

Un conteur ne raconte pas n’importe quel conte. Chacun a des liens particuliers avec les contes qu’il raconte. Ce sont toujours des histoires qui recèlent une petite partie de notre personnalité. Ce sont ces liens qui font qu’un conteur va pouvoir « sublimer » une histoire.

II . Exprimer ses émotions : S’accepter comme on est !


Laisser ses émotions s’exprimer sans se laisser submerger par elles : il y a toujours, dans les contes, des moments qui nous touchent plus particulièrement et qui nous émeuvent fortement. Il est important de bien « digérer » ses émotions afin de les laisser s’exprimer sans en être affecté au moment de raconter le conte. Lorsqu’une émotion s’exprime, on se retrouve souvent en position de fragilité. S’accepter comme on est, permet de transformer ses fragilités en autant de points forts, de potentialités. Ce travail favorise le développement de ses capacités.

III . La qualité de Parole : susciter l’attention !

Diction soignée : pour se faire comprendre de l’auditoire, une bonne prononciation est indispensable.
Ton posé et calme : parler lentement, place l’auditoire dans un calme propice à l’écoute. Cela permet aussi de s’offrir le temps de formuler son discours à l’avance dans sa tête.
Le regard : regarder les personnes à qui on s’adresse permet de soutenir l’attention de l’auditoire.
Ne pas « en rajouter » : avoir suffisamment confiance en la qualité de sa propre parole permet d’éviter la tentation du geste ou de la phrase redondante. Le texte s’en trouve allégé et donc plus « facile » à entendre.

IV .     Présentation de Soi : Oser Être !

Pour oser se montrer et parler en public sans avoir peur du ridicule, il faut une Estime de Soi suffisamment bonne. Le conte est un bon outil pour la développer.

V . Les conditions dans lesquelles on raconte : S’aimer, se respecter !

Pour raconter des contes, il est indispensable de réunir des conditions suffisamment bonnes. Il est donc impératif de ne pas accepter de raconter dans n’importe quelles conditions. Il faut oser exiger, au moins, le « minimum vital » (installation, bruits ambiants, qualité de l’auditoire…).

B. TRAVAIL SUR LE RECIT DE VIE : OBJECTIFS ET EFFETS

            « Si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens »
                                                                                Proverbe  africain

Le travail sur le Récit de Vie consiste à appliquer à la lettre, ce proverbe : retracer le parcours de Vie de la personne (de la conception à l’instant présent) puis le transformer en conte merveilleux. Il sera ensuite possible de l’écrire, de le raconter, de le transmettre aux générations futures…

La démarche s’effectue en quatre étapes :

I . Décoder la Programmation (Naissance, Enfance, Adolescence)


De la naissance à l’âge adulte, tout être humain reçoit une éducation. Les adultes enseignent à l’enfant ce qu’ils pensent être bon pour lui c’est à dire ce qui devrait lui permettre de « s’en sortir » dans la vie. C’est la période où l’on fait comprendre à l’enfant « qu’il n’est pas le centre du monde », « qu’il faut penser aux autres avant soi-même », « qu’on a rien sans rien », « que la Vie est dure » et « qu’il faut se battre pour réussir ». Dans cette éducation, sont aussi transmises à l’enfant, tout une part de valeurs subjectives qui ne le concernent pas, qui ne lui appartiennent pas et qui vont lui occasionner des « Blessures » dont il va devoir, un jour, se libérer. Ces « Blessures » reçues vont le forcer à adopter des comportements qui ne sont pas les siens afin de se protéger : c’est ce que j’appelle « la Programmation ».

La première étape consiste donc à retracer le parcours suivi jusqu’à l’âge adulte :
- Faire « l'état des lieux » : noter et dater tous les événements marquants, les traumatismes subis, les petites phrases répétées inlassablement…
- Identifier les « Blessures » reçues ainsi que les comportements parasites qui découlent de cet « état des lieux ».
- Comprendre la « Mission »involontairement confiée à l’enfant : l’enfant (le héros du conte) se trouve porteur d’une « Mission » qu’il va d’abord s’appliquer à remplir (faire exister un proche disparu, être un enfant décevant car différent de l’enfant imaginé par un des parents,…).

II . Parcours de Vie (Vie Adulte)

Tout au long de notre parcours de Vie adulte, nous allons adopter les comportements sensés nous protéger (comportements parasites issus de nos blessures d’enfance). Nous allons aussi nous efforcer de remplir la « Mission » qui nous a été donnée, et ce, quelle qu’elle soit. A la longue, tout cela va nous occasionner des souffrances puisque ces fardeaux ne viennent que des parents et ne concernent qu’eux.

La seconde étape va donc consister à noter :
- Comment nous alimentons nos Blessures : en pointant tous les gestes, toutes les attitudes quotidiennes issues de nos peurs, que chacun met en place pour éviter de subir à nouveau les mêmes blessures,
- Comment nous nous efforçons de mener à bien la « Mission » : en listant tout ce que nous avons, consciemment ou non, fait, produit, créé, mis en place pour remplir la « mission » qui nous a été octroyée.

 III . A la Croisée des Chemins (Ici et Maintenant)

La « Croisée des Chemins » représente l’instant présent.
Le Chemin de Vie a pris des tours et des détours. Il a suivi des chemins de traverses. Il a emprunté des itinéraires plus ou moins chaotiques pour en arriver à ce que l’on appelle « l’Ici et le Maintenant ». tout le parcours de Vie a mené le héros du récit à cette Croisée des Chemins. C’est le moment de voir ce qu’il est devenu. A-t-il le sentiment d’avoir suffisamment rempli la « Mission » dont on l’avait chargé ? Peut-il enfin dire « Mission accomplie » ? Va-t-il enfin pouvoir se consacrer à ses propres objectifs, ses propres missions ? Va-t-il enfin faire ses propres choix et exister pour lui et lui seul.
C’est le moment aussi d’identifier la dualité qui existe en chacun. Il s’agit de mesurer l’écart qui réside entre la personnalité Mentale (qui nous socialise) et la personnalité Instinctive (qui nous fait exister en tant qu’individu). L’important est de visualiser en conscience, les deux personnalités et de répondre aux deux questions :
- qui veut-on que je sois ?
- qui suis-je vraiment ?
Ce que nous sommes vraiment est notre « Côté Lumineux » au point d’être éblouissant et insupportable aux yeux des autres. Pour vivre en société, autrement dit pour être supportable par l’entourage, il nous est demandé inconsciemment de ternir un tant soit peu (voire beaucoup) notre éclat.

IV . Nouvelle Vision

Il va falloir se rendre à l’évidence que chaque personne sur Terre est exceptionnelle, extraordinaire, merveilleuse mais que chacune s’évertue à maintenir inconsciemment son côté Lumineux à l’état de veilleuse. Ce n’est qu’en élevant son niveau de conscience que l’on peut reconnaître et accepter sa part de Lumière.

Dans cette dernière étape, il va donc s’agir, pour la personne, d’accepter et d’assumer son propre côté Lumineux. C’est là, la fin du conte merveilleux : après avoir traversé les épreuves initiatiques, le héros ou l’héroïne du Récit porte un Regard nouveau sur le Chemin qui s’ouvre devant lui. Il(elle) est prêt(e) pour de nouvelles aventures.